Un projet innovateur d’attention et de méditation à l’école des Bons-Vents

Photo méditation des bons-vents 01

À l’école des Bons-Vents à Mercier, les difficultés attentionnelles des élèves sont au cœur du projet éducatif.

En effet, cette année un projet pilote intitulé « PAM : Programme d’Attention et de Méditation » se vit auprès d’une quarantaine d’élèves ayant des difficultés attentionnelles. PAM est un programme d’entraînement de l’esprit pour développer l’attention et la concentration, mais il se veut d’abord et avant tout une pratique de bien-être.

En effet, tout comme nous prenons soin de muscler notre corps lors d’une activité sportive, nous prenons soin de muscler notre esprit lors de la méditation.

La méditation dite « de pleine conscience » ou « de pleine attention » consiste à se concentrer intentionnellement sur le moment présent en prêtant attention, sans jugement, aux sensations, pensées et émotions qui surgissent en nous. C’est simplement s’outiller à ne plus être ailleurs, perdu dans nos pensées, ou à ne plus se laisser contrôler par elles. C’est une pratique de paix intérieure dépourvue de toute connotation religieuse.

La méditation permet à l’enfant de comprendre et de reconnaître ce qui se passe en lui. Elle nécessite par contre un entraînement régulier pour être efficace. Mais pour un enfant, quelques minutes par jour suffisent. Il s’agit de se déposer, de respirer et de se concentrer sur le moment présent afin d’offrir une « pause cerveau » à notre esprit.

Pendant les ateliers du projet PAM, l’élève prend d’abord conscience de son type d’inattention pour, par la suite, découvrir et expérimenter plusieurs pratiques de relaxation, respiration, concentration et méditation pouvant l’aider à développer sa capacité attentionnelle.

Photo méditation des bons-vents 02

Chaque enfant doit ensuite évaluer chacune des pratiques en faisant une introspection selon son type d’inattention et se demander « Est-ce efficace pour moi ? ».

Une fois toutes les pratiques expérimentées, l’élève fait une liste des pratiques les plus efficaces pour lui et s’engage à s’entraîner en classe et à la maison. Le but étant ici « d’outiller » les élèves afin qu’ils adoptent une saine habitude de vie.

C’est ce que leur enseigne Manon Huot, responsable, initiatrice et créatrice du projet PAM. En plus de pratiquer la méditation avec une quarantaine d’élèves du projet PAM, des élèves de son groupe et certains de ses anciens élèves qui veulent garder leur pratique vivante, elle offre une formation au personnel de l’école voulant en connaître davantage afin d’intégrer ces pratiques en classe. Elle outille aussi les parents par le lien d’un « PADLET » envoyé régulièrement par courriel et tient des séances d’information et de méditation parents-enfants.

Par la suite, le rôle des parents et des enseignants se résume simplement à offrir un 3 minutes de temps d’entraînement en classe et à la maison afin que l’élève puisse exercer les pratiques qu’il a lui-même choisies et ainsi devenir, graduellement, « maître de son esprit ».

De plus, le projet pilote PAM de l’école des Bons-Vents a aidé une équipe de chercheurs du District 3 de l’université Concordia ayant comme sujet de recherche « Comment la méditation peut aider les élèves TDAH ? » à collecter des données. Ces derniers ont publié un article intitulé « Une école pas tout à fait comme les autres en Montérégie » dans lequel nous pouvions lire cette conclusion : « Nous espérons de tout cœur que ce projet PAM en inspirera de nombreux autres dans les écoles du Québec et ailleurs dans le monde. »

« La porte du changement doit s’ouvrir de l’intérieur » disait Salomé. C’est exactement ce que font les élèves de l’école des Bons-Vents !